La Turquie et le Pakistan doivent être ostracisés en raison d’une mauvaise vision de la liberté d’expression, pas de la France

Le plus grand ennemi de la liberté d’expression est la démesure du gouvernement, mais il n’y a pas beaucoup de pays en dehors du monde musulman qui vous décapiteraient pour avoir dessiné un dessin animé.

La Turquie et le Pakistan doivent être ostracisés en raison d'une mauvaise vision de la liberté d'expression, pas de la France

Image de fichier d’Emmanuel Macron. AP

Imran Khan a convoqué l’ambassadeur de France au Pakistan cette semaine condamner ce qui, selon le ministère pakistanais des Affaires étrangères, est une « campagne islamophobe systématique sous le couvert de la liberté d’expression ». Cela est arrivé un jour après qu’il ait déclaré que le président français Emmanuel Macron avait « attaqué » l’islam.

Macron a reçu beaucoup de chaleur de la part d’un autre grand pays islamique, la Turquie, dont le président, Recep Tayyip Erdogan, a mis en doute la santé mentale de Macron en raison des opinions de ce dernier sur l’islam. Il y a également eu une augmentation du nombre d’utilisateurs de Twitter appelant au boycott des produits français dans le monde arabe avec la tendance #boycottfrance.

Mais qu’ont fait exactement Macron et la France pour mériter une telle condamnation mondiale?

Le 16 octobre, Samuel Paty, professeur de français décapité par des terroristes parce qu’il a montré des caricatures représentant le prophète Mahomet comme un exemple de liberté de parole et d’expression. Paty faisait cela depuis 2015, l’année du magazine satirique français Charlie Hebdo a subi une attaque terroriste. Le dessin animé que Paty a montré était de Charlie Hebdo. Avant son horrible meurtre, Paty avait fait l’objet de menaces en ligne pour avoir montré les dessins animés en classe.

Il y a eu une vague de soutien en France pour Paty et, à juste titre, l’homme a été victime d’un meurtre. Pas seulement un meurtre, un meurtre par décapitation par un terroriste. Macron, comme n’importe quel dirigeant le ferait, a soutenu Paty et a également réaffirmé l’attachement de la France aux valeurs de la liberté d’expression. S’exprimant mercredi, il a évoqué le problème des séparatistes islamistes qui vivaient en France mais ne souhaitaient pas s’intégrer dans la société française, en disant« Notre compatriote a été tué pour avoir enseigné, pour avoir enseigné aux enfants la liberté d’expression, la liberté de croire ou de ne pas croire. Notre compatriote a été victime d’un attentat terroriste. »

Si vous lisez ceci, vous pourriez être excusé de vous demander ce qui est si controversé à ce sujet. La France est une société laïque et a une forte tradition de liberté d’expression. Quelqu’un a été tué par un terroriste pour avoir montré un dessin animé qu’un terroriste a trouvé offensant. Mais ce n’est pas ainsi que les choses fonctionnent lorsque vous parlez de discours et d’islam. Car dans l’Islam, toute représentation du prophète Mahomet est un blasphème, et un tel blasphème est passible de mort. le BBC ont rapporté qu’il y a eu des divisions croissantes en France au sujet de l’islam et que les étudiants eux-mêmes estiment qu’un tel meurtre est justifié. En fait, certains étudiants a décidé de ne pas participer dans le moment de silence pour les victimes de la Charlie Hebdo tournage en 2015.

Il ne fait aucun doute que le sentiment est similaire dans le monde musulman, qui comprend de nombreux pays qui ne parlent que du bout des lèvres à l’idée de la liberté d’expression. Un de ces pays étant le Pakistan et par conséquent, la réaction d’Imran. Il sait qu’en se livrant à une telle tribune, il peut consolider sa banque de votes religieux chez lui. Il en va de même pour le président turc, qui tente depuis un certain temps d’écarter la Turquie de la voie de la laïcité.

Mais objectivement, cela soulève une question beaucoup plus large: quel genre de monde est-ce, où votre plus grande peur de dire ou de dessiner quelque chose, ne vient pas de l’État mais vient d’un groupe terroriste?

Le plus grand ennemi de la liberté d’expression est le dépassement du gouvernement, mais il n’y a pas beaucoup de pays en dehors du monde musulman qui vous décapiteraient pour avoir dessiné un dessin animé. Les sociétés libres ne peuvent pas céder à la pression de ces éléments lumpen. La liberté d’expression est absolue et le sentiment de personne ne mérite d’être protégé par la loi. Pour ce faire, établirait la religion. Quelque chose qui va à l’encontre des tenants fondamentaux des valeurs séculaires. Établir une punition pour le blasphème, c’est donner une sanction étatique à une religion et la laïcité un passeur.

Bien sûr, si je dessinais les dessins animés en Inde, je serais emprisonné, mais je serais heureux pour cela, car la prison serait plus sûre que de marcher dans certaines rues de Mumbai après avoir fait une telle chose. Comment se fait-il que ma liberté de dessiner ce que j’aime ne soit plus limitée uniquement par la loi mais aussi par la foule?

Nous, qui croyons en certaines valeurs civiles, devons nous rallier à la France et au président français. La laïcité et la liberté d’expression sont des valeurs à défendre. Ce sont des valeurs pour lesquelles il vaut la peine de mourir. Les Français ont perdu beaucoup de sang en luttant pour la liberté d’expression alors que tout le monde essaie de faire appel à leurs différentes banques de vote et de danser autour de la question. Ce sont des valeurs qui ne sont pas seulement reconnues dans la nation mais dans le droit international.

Si la Turquie et le Pakistan ne peuvent accepter ces valeurs, ce sont eux qui doivent quitter la communauté internationale. Pas la France. Nous devons concentrer notre énergie de boycott sur des personnes comme le Premier ministre pakistanais, qui, par cette action, a effectivement présenté des excuses pour le terrorisme. Imran et Erdogan ne doivent plus être les bienvenus dans la communauté internationale.

La seule limitation de l’expression devrait être la limitation de l’esprit. Tout le reste est une forme de violence. Lorsqu’une communauté exige que son expression soit étouffée afin de «protéger ses sentiments» et que des parties de cette communauté tentent d’appliquer violemment cette demande via le terrorisme, nous devons commencer à se demander s’il est temps de critiquer activement la religion. Car le terme islamophobie n’a pas de sens. Personne n’a peur de l’islam; ils ont juste des désaccords et des problèmes avec cela. Après les événements de cette semaine, pourrait-on penser, leurs désaccords et leurs problèmes ne sont peut-être pas entièrement sans fondement.

Trouvez les gadgets technologiques les plus récents et à venir en ligne sur les gadgets sur notre site. Recevez des actualités technologiques, des critiques de gadgets et des évaluations. Gadgets populaires, y compris les spécifications, les fonctionnalités, les prix et la comparaison des ordinateurs portables, tablettes et mobiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *