Le tribunal de Mathura entendra le 4 novembre une demande de mise en liberté sous caution de deux personnes arrêtées pour sédition alors qu’elles se rendaient à Hathras

La police de l’Uttar Pradesh avait arrêté la journaliste du Kerala Siddique Kappan, et trois autres personnes en vertu de l’UAPA et de la loi sur les technologies de l’information, alors qu’ils se rendaient à Hathras pour rencontrer les proches d’une victime de gangrape.

Le tribunal de Mathura entendra le 4 novembre une demande de mise en liberté sous caution de deux personnes arrêtées pour sédition alors qu'elles se rendaient à Hathras

Image d’archive du personnel de la police UP qui monte la garde près du domicile de la victime à Hathras. AFP

Mathura: Un tribunal de district de Mathura a reporté au 4 novembre l’audience sur la demande de mise en liberté sous caution de deux des quatre personnes retenues pour sédition et autres chefs d’accusation après leur arrestation alors qu’elles se rendaient au village des victimes de viol-meurtre de Hathras au début du mois.

Parmi les personnes arrêtées figurait une journaliste du Kerala, Siddique Kappan, qui n’a jusqu’à présent déposé aucune demande de mise en liberté sous caution. Les autres accusés dans cette affaire sont Aalam, Masood et Atiqur Rahman.

Selon la FIR, des accusations en vertu de la loi stricte sur les activités illicites (prévention) et de la loi informatique ont également été déposées contre les quatre, qui ont été accusés par la police d’État d’avoir des liens avec le groupe radical présumé Front populaire de l’Inde.

Auparavant, leur demande de mise en liberté sous caution avait été rejetée par le juge en chef, Mathura, le 16 octobre.

Selon le conseil du gouvernement adjoint du district Narendra Sharma, la demande de mise en liberté sous caution d’Aalam et Masood a été reprise jeudi par le juge de district supplémentaire Amar Singh. Personne n’a présenté la demande de mise en liberté sous caution d’Atiqur Rahman.

Sharma a déclaré que le DSP (STF) Rakesh Paliwal avait demandé au tribunal de donner plus de temps à l’enquête car l’infraction est de nature grave et des informations doivent être collectées à différents endroits.

Rejetant sa demande, le juge a déclaré qu’aucun autre ajournement ne serait autorisé et a demandé à collecter des informations dans le délai imparti uniquement, a déclaré Sharma.

Pendant ce temps, une note au nom d’Atiqur Rahman, Aalam et Masood a été présentée au tribunal du magistrat principal, a déclaré le procureur adjoint Brijmohan Singh.

Le délai de garde à vue n’étant que de 15 jours, le STF ne peut pas les interroger car le délai est expiré, indique la note.

Pendant ce temps, l’épouse de l’Aalam a allégué que son mari, chauffeur de profession, avait été faussement impliqué dans l’affaire. Elle a rejeté l’accusation selon laquelle du matériel répréhensible avait été récupéré de son mari.

L’épouse d’Aalam a également allégué qu’elle n’était pas autorisée à rencontrer son mari par les autorités de la prison de Mathura.

Trouvez les gadgets technologiques les plus récents et à venir en ligne sur les gadgets sur notre site. Recevez des actualités technologiques, des critiques de gadgets et des évaluations Gadgets populaires, y compris les spécifications, les fonctionnalités, les prix et la comparaison des ordinateurs portables, tablettes et mobiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *